My Gambia Story

Tous ensemble, nous avons réalisé des choses fantastiques

Rencontrez l’auteur

Ilse van der Velden

Ilse a toujours son appareil photo avec elle lorsqu'elle voyage en Gambie. Elle s’y rend avec la fondation The Future Gambia pour aider la population locale. Pour capturer ces expériences spéciales et les partager avec sa famille et ses amis, elle a déjà réalisé plus de 50 livres photo.

Dans ma jeunesse, comme tant d’autres, je suis partie en vacances dans des pays comme le Luxembourg, l’Allemagne, l’Espagne et le Portugal. Mes voyages étaient de plus en plus lointains. J’ai également été en Égypte et au Mexique. Un jour, j’aimerais aller à Bora Bora. L’ultime île paradisiaque ! L’Amérique, l’Australie, l’Afrique du Sud et la Laponie finlandaise figurent également dans le top cinq de ma liste.

La première fois en Gambie

En 2015, je suis entrée en contact avec la Gambie pour la première fois. Grâce à une amie de ma sœur, j’ai entendu parler du projet en Gambie. i Gambie La Gambie est un pays d’Afrique limitrophe du Sénégal et de l’océan Atlantique. La Gambie fait environ 250 kilomètres de long, seulement quelques dizaines de kilomètres de large et se situe le long du fleuve Gambie. En savoir plus Il me restait des choses à la maison qu’ils pourraient utiliser. Quand je suis allée apporter mes affaires, sa mère était également présente. Nous avons ensuite parlé de la Gambie pendant deux heures. Ils voulaient changer quelque chose, faire quelque chose de bien pour les gens là-bas. Et je pouvais les accompagner.

C’était la première fois que je suis allée en Gambie. Il y a maintenant quatre ans. La première fois était vraiment difficile. Je ne pouvais pas m’imaginer à l’avance quel impact cette confrontation aurait sur moi. Les enfants sur place n’ont rien du tout. Ils vivent avec une poignée de riz par jour. Pas de petit-déjeuner, aller à école l’estomac vide en devant marcher huit kilomètres à pied.

De eerst keer was heel heftig. Toen wist ik; ik moet iets doen om deze mensen en kindjes te helpen.

Ilse van der Velden

J’y ai visité la maison d’une femme qui s’appelait Awa. Elle avait construit sa maison avec seulement quelques feuilles de carton ondulé et y vivait avec toute sa famille. Ce moment était très dru pour moi et c’est là que je me suis dit : «  Je dois faire quelque chose ! »

Que puis-je faire?

Joop et Wilma sont les initiateurs de la fondation The Future Gambia. i Foundation The Future Gambia L’objectif de cette fondation est d’améliorer le bien-être et l’autosuffisance des enfants défavorisés en Gambie, en particulier en commençant une bonne éducation dans le village de Sanchaba en réalisant sa propre école et en développant des activités pour cette école. En savoir plus Avec leur fondation, ils organisent diverses campagnes, y compris la collecte d’objets et la construction d’une école primaire. Je leur ai demandé ce que je pouvais faire.

Les enfants gambiens rêvent de devenir footballeurs professionnels en Occident. Pour qu’ils puissent gagner de l’argent et ainsi subvenir aux besoins de leur famille. Alors j’ai commencé à collecter des chaussures de football, des vêtements et des ballons. Le club de football local en Gambie pouvait très bien utiliser un ballon supplémentaire. J’ai ensuite collecté et envoyé 100 ballons. Leur réponse était inoubliable.

Une école primaire et pour ‘The Future of Gambia’

La chance de trouver un emploi en Gambie est beaucoup plus grande si vous savez lire et écrire

La côte souriante de l’Afrique

Les Gambiens sont vraiment un peuple très hospitalier. Tout le monde y est pauvre. Ils ont beaucoup de respect les uns envers les autres et envers les étrangers. Ils se soucient vraiment de leurs semblables. Ils sont très reconnaissants que vous veniez aider leur pays en tant qu’étranger.

L’une des meilleures expériences que j’ai eue sur place était un barbecue. Il y a deux ans, nous étions en Gambie i Gambie La Gambie est un pays d’Afrique limitrophe du Sénégal et de l’océan Atlantique. La Gambie fait environ 250 kilomètres de long, seulement quelques dizaines de kilomètres de large et se situe le long du fleuve Gambie. En savoir plus avec la fondation. Les habitants nous avaient demandé si nous étions en vacances. Nous avons indiqué que nous étions là pour construire une école et aider les enfants.

Ils ont tellement apprécié cette initiative qu’ils ont organisé un barbecue. Tout le village s’est mobilisé et nous avons passé une soirée fantastique. Nous étions sur la plage et nous pouvions faire du cheval. Il y avait une atmosphère de solidarité. Très paisible. Ce fut une journée magique avec des gens très hospitaliers.

Des expériences qui impressionnent

Awa s’occupait d’une fille atteinte de paludisme qui n’était pas sa fille. La fille ne pouvait pas prendre de médicament parce que c’était trop cher. Cela coûtait 40 € pour l’aider. Bien sûr, nous avons payé ce montant immédiatement. Deux ans plus tard, nous lui avons rendu visite et elle est en parfaite santé.

Het kostte €40 om een meisje te genezen van malaria. Dat hebben we betaald en nu is ze kerngezond.

Ilse van der Velden

Awa avait déjà donné naissance à des jumeaux décédés au cours de l’accouchement. Déchirant ! Heureusement, elle a pu à nouveau concevoir et donner naissance à un bébé en bonne santé. Lorsque je lui ai rendu visite, je pouvais porter son enfant sur mon dos. J’ai ensuite passé la journée avec eux.

Au cours de cette journée, j’ai expérimenté comment ils récoltent du riz. Ils passent une journée complète à faire ça. Imaginez-vous : travailler une journée entière pour manger une maigre poignée de riz le soir.

L’enfant est maintenant scolarisé et la distance jusqu’à l’école est très grande. Les kilomètres doivent être parcourus tous les jours. C’est pourquoi elle voulait un vélo. Nous lui en avons offert un. Cela revenait à 28 euros. Deux jours plus tard, nous avons reçu une photo de l’enfant sur le vélo. C’est inestimable.

Une expérience choquante

L’une des choses les plus intenses que j’ai vécues là-bas s’est passée dans un hôpital. Un hôpital qui n’est pas vraiment un hôpital. Des câbles détachés, de vieux lits, pas d’éclairage, des toiles d’araignées. C’était comme un film d’horreur.

J’ai pu voir une femme en train d’accoucher. L’enfant est né sans l’aide de médecins. L’enfant est pris en charge et immédiatement branché à du vieux matériel sale. La mère doit prendre soin d’elle-même et rentre immédiatement chez elle. Un voyage de huit kilomètres sous le soleil brûlant à 40 degrés. Vous savez que l’enfant n’atteindra pas l’âge de cinq ans à cause de l’environnement sale dans lequel il est né. Il quitte l’hôpital infecté.

“Vous savez que l’enfant n’atteindra pas l’âge de cinq ans.

Ilse van der Velden

Bouleversée, j’ai quitté l’hôpital en hurlant. Ce sont des émotions qui persistent longtemps, même quand j’étais rentrée aux Pays-Bas. J’avais envie de gifler les gens quand ils se plaignaient des moindres choses. Heureusement, je peux mieux gérer ça maintenant. Mais je peux toujours m’énerver du fait que les gens se fond des soucis des plus choses les plus banales.

Ça va mieux

SOS Villages d’Enfants y est également actif. Ils font un très bon travail là-bas. Une fois, nous sommes y sommes entrées pour une visite guidée. Ils recueillent les enfants qui sont rejetés ou orphelins. Ou des enfants qui ne peuvent pas être pris en charge.

Ils y reçoivent une éducation jusqu’à l’âge de dix-huit ans et reçoivent des conseils jusqu’à 21 ans. Il y a de l’eau courante, tout est propre. On leur donne des fruits, ils portent des vêtements propres, se lavent les mains. C’est donc possible et on voit donc que les choses s’améliorent lentement.

“Ce que nous faisons n’est peut-être qu’une goutte d’eau dans la mer. Mais je le fais pour ceux qui savent qu’ils sont cette goutte”

Ilse van der Velden

Moments spéciaux que je veux partager

Lors de mon premier voyage, j’ai tenu un journal pour enregistrer toutes mes expériences. J’avais aussi mon appareil photo sous la main pour photographier autant que possible. Nous utilisons ces photos aux Pays-Bas pour attirer l’attention sur la fondation et ses activités.

Capturer la vie en Gambie

Après avoir vu mes photos, les gens veulent faire quelque chose pour ceux qui ont moins de chance que nous.

Je réalise aussi des livres photo. À l’heure qu’il est, j’en ai déjà créé environ soixante. Je m’assure de bien sauvegarder mes photos et je commence déjà en Gambie i Gambie La Gambie est un pays d’Afrique limitrophe du Sénégal et de l’océan Atlantique. La Gambie fait environ 250 kilomètres de long, seulement quelques dizaines de kilomètres de large et se situe le long du fleuve Gambie. En savoir plus avec le logiciel. Rentrée à la maison, je dois uniquement encore perfectionner mon livre.

Les livres photo me donnent l’occasion de revenir sur ces expériences. Des expériences que je souhaite partager avec ma famille et mes amis. Chaque photo raconte une histoire particulière.

L'histoire de la Gambie d'Ilse

Ilse a effectué plusieurs voyages en Gambie pour la fondation « The Future Gambia » ces dernières années. Au nom de la fondation, elle aide les enfants défavorisés en leur apportant de l’aide matérielle et en construisant une école. Elle a vécu des moments en Gambie qui ont laissé une profonde impression. Elle photographie ces moments et pendant son voyage, elle réalise déjà le livre photo pour pouvoir partager les photos avec sa famille et ses amis.

Partager une expérience ?

Créez un livre photo maintenant