Mettez-vous au défi avec la photographie de course

Avec des vitesses maximales supérieures à 300 km/h, les courses de moto garantissent des sensations fortes.

Rencontrez l’auteur

Hans van de Mars

Hans a une passion pour la photographie d'action. Son défi ? Photographier des sujets en mouvement rapide. Il aime capturer le sport automobile en particulier. Dans le passé, Hans aimait faire de la moto lui-même. Malheureusement, Hans a eu un accident de moto le rendant incapable de conduire lui-même depuis lors. Heureusement, il est toujours resté connecté au sport automobile à travers sa plus grande passion : la photographie.

La passion pour la photographie d’action

Canon EOS 6D

ISO
500
Focale
400 mm
Vitesse d’obturation
1/800
Diaphragme
f/6.3

Je pense que la photographie d’action est une branche assez spéciale du sport. Vous devez agir rapidement pour prendre une bonne photo, ce qui constitue un défi supplémentaire. L’action se déroule en une fraction de seconde. C’est là aussi que réside le défi pour moi : la difficulté à capturer des sujets qui se déplacent rapidement. Qu’il s’agisse d’avions de combat, d’animaux ou d’athlètes, je pense que ce sont tous des sujets intéressants à photographier. Bien que je doive dire que ma grande passion est le sport motorisé. En été, j’essaie d’aller voir une course de motos chaque mois. Je suis les courses auxquelles je ne peux pas assister, à la télévision. Les connaissances que j’obtiens à ces occasions me sont également utiles lors de mes séances photo, car je sais où les motards aiment se doubler les uns les autres sur les différents circuits.

Pour moi, la moto est un symbole de vitesse, de maniabilité et de liberté.

Hans van de Mars
Canon EOS 6D

ISO
200
Focale
321 mm
Vitesse d’obturation
1/640
Diaphragme
f/7.1

Hans se passionnait déjà pour les sports motorisés très jeune. À l’âge de dix-huit ans, j’ai obtenu mon permis de motocycliste. J’ai vraiment aimé la moto. De belles virées les week-ends ou en vacances. La vitesse, la maniabilité et la liberté que procure une moto sont fantastiques. Malheureusement, j’ai eu un accident de moto à l’âge de 27 ans, après quoi j’ai arrêté de faire de la moto. Heureusement, je suis toujours resté connecté au sport motocycliste, car je visite régulièrement le circuit pour photographier des courses de moto.

Les défis de la photographie de course

Canon EOS 6D

ISO
400
Focale
400 mm
Vitesse d’obturation
1/640 sec.
Diaphragme
f/8

J’essaie également de visualiser la vitesse des motos de course sur mes photos. Par exemple, je joue avec la vitesse d’obturation. Tantôt je fige l’image et tout est parfaitement net, tantôt, je choisis une vitesse d’obturation relativement longue et je suis le sujet avec mon appareil photo, rendant l’arrière-plan flou. Ce dernier effet est également appelé le panning ou panoramique. Il faut dire que j’ai mis du temps à maîtriser cette technique.

Astuce: Variez avec la vitesse d’obturation

Parfois, votre sujet a l'air net sur l'écran de votre appareil photo, mais vous voyez plus tard sur votre PC que la photo est quand même un peu floue.

Canon EOS 6D

ISO
1600
Focale
400 mm
Vitesse d’obturation
1/1600 sec.
Diaphragme
f/7.1

En tant que photographe amateur, vous ne pouvez pas vous rapprocher du circuit comme vous le souhaiteriez. En effet, vous n’avez pas accès aux endroits où les photographes de presse sont autorisés. La distance est donc un défi supplémentaire. De plus, vous photographiez généralement la course derrière une clôture. Mais vous pouvez également prendre de belles photos sans accréditation presse. Au circuit TT d’Assen, je suis, avec beaucoup d’autres photographes, sur le Bult (un virage du circuit). La plupart des photographes amateurs prennent des photos par-dessus la clôture. Mais dans ce cas-là, vous photographiez les motards plutôt d’en haut. Je trouve cet angle moins attrayant. Je préfère prendre mes photos au ras du sol et donc souvent photographier à travers la clôture. Un grand diaphragme (faible nombre f) combiné à un mouvement qui suit le mouvement des motards fait disparaître la clôture.

Lorsque je venais juste de commencer à photographier le sport motocycliste, je pouvais supprimer 80% des photos par la suite, car elles étaient floues.

Hans van de Mars

Progrès

Ces défis supplémentaires signifiaient que je pouvais immédiatement supprimer bon nombre de mes photos au début. Heureusement, j’ai beaucoup d’expérience maintenant avec les courses de motos. Je sais où me poster et comment tirer le maximum de mon équipement photographique. J’ai également acheté un meilleur téléobjectif. J’utilise désormais un objectif de type II de 100 à 400 mm. En conséquence, les rapports entre les photos nettes et floues sont heureusement inversés ; environ 80% de mes photos sont nettes maintenant.

Canon EOS 6D

ISO
1000
Focale
400 mm
Vitesse d’obturation
1/1600 sec.
Diaphragme
f/7.1
Canon EOS 6D

ISO
640
Focale
400 mm
Vitesse d’obturation
1/1250 sec.
Diaphragme
f/8
Canon EOS 6D

ISO
200
Focale
170 mm
Vitesse d’obturation
1/400
Diaphragme
f/7.1
Canon EOS 6D

ISO
1250
Focale
400 mm
Vitesse d’obturation
1/1000 sec.
Diaphragme
f/9
Canon EOS 6D

ISO
320
Focale
400 mm
Vitesse d’obturation
1/1000 sec.
Diaphragme
f/8
Canon EOS 6D

ISO
500
Focale
349 mm
Vitesse d’obturation
1/800 sec.
Diaphragme
f/6.3

Il faut dire qu’un tel téléobjectif est assez coûteux. Mon conseil aux autres photographes est de louer un objectif dans un magasin de photographie avant de l’acheter. De cette façon, vous pouvez voir si l’objectif correspond à vos attentes et si vous prenez réellement de meilleures photos avec cet objectif. De plus, j’achète des objectifs d’occasion. Ainsi, vous pouvez facilement économiser des centaines d’euros.

L’ambiance autour des courses de motos

Canon EOS 6D

ISO
320
Focale
182 mm
Vitesse d’obturation
1/320 sec.
Diaphragme
f/7.1

En plus des photos de la course, j’essaie également de photographier d’autres choses sur ou autour du circuit. Pensez aux mécaniciens qui bricolent, aux pilotes qui célèbrent leur victoire sur le podium ou à un burn-out après la course. Pour cela, vous devez bien sûr être au bon endroit. C’est ce que j’aime dans l’OW Cup (compétition de course sur route ouverte, ndlr) et les courses de superbike. Tout le monde peut s’y promener sur le paddock. Vous flânez entre les camping-cars, les camions et les tentes et vous pouvez discuter avec les motards. Je trouve cette accessibilité très belle et elle permet aussi de faire des photos très diverses.

Ma photo idéale

Pourtant, ces photos d’ambiance ne sont pas les photos ultimes pour lesquelles je fais ce que je fais. J’aime trop l’action pour ça. Ma photo préférée est un gros plan que j’ai réalisé lors d’une course du Championnat du Monde de MotoGP cette année. J’ai dû prendre beaucoup de photos avant d’avoir enfin cette image. Mais si tel est le résultat, c’est avec plaisir que je me démène à ce point. C’était sans aucun doute la meilleure photo que j’ai prise de cet endroit. La photo est accrochée au mur à la maison, imprimée sur du verre acrylique. Quand je la regarde, j’ai un sentiment de fierté.

Canon EOS 6D

ISO
250
Focale
371 mm
Vitesse d’obturation
1/1000 sec.
Diaphragme
f/8

DCette image se rapproche assez de ma photo idéale. À mes yeux, (presque) tout est correct sur cette photo. La position du motard par rapport à la moto est bonne, la photo est nette, le motard regarde le virage et on a une bonne idée de la vitesse. Je pense que c’est important pour une bonne photo. Le niveau de difficulté de cette photo joue également un rôle majeur : j’ai pris cette photo à travers la clôture. Cela a abouti à une position correcte et à un bel angle de vue par rapport à la moto.

Résumé

Hans a une passion pour la photographie d’action, il aime particulièrement photographier les courses de motos. Il aime surtout le fait que la photographie de course offre de sacrés défis. Plus le niveau de difficulté est élevé, plus son bonheur est grand quand il prend une photo réussie. Bien que Hans aime prendre des photos de l’ambiance autour des courses, son cœur ne se met à battre plus vite que quand il peut prendre des photos de la course même.

Inspiré?

Votre photo accrochée au mur!

L’action et l’émotion dans la photographie de sport

En suivant les équipes pendant une plus longue période et en apprenant leurs tactiques, je peux mieux anticiper les actions