Le chemin vers le statut de photographe du sport automobile professionnel

Les 24 Heures du Mans sont toujours l’un des événements phares de l’année.

Rencontrez l’auteur

Vincent Huybrechts

Vincent est un photographe indépendant basé à Anvers, en Belgique. Très jeune, il assistait déjà aux courses automobiles avec son père. Depuis lors, Vincent est passé de la photo de petits rallyes locaux au podium du plus haut niveau du sport automobile : la Formule 1. Mais les 24 heures du Mans sont également l’une des apothéoses de sa carrière de photographe. Envie de découvrir plus de photos ? Jetez un coup d’œil sur vincenthuybrechts.be.

Un rêve partagé

Canon EOS 6D

ISO
100
Focale
50 mm
Vitesse d’obturation
1/30 sec
Diaphragme
f/4

La passion pour le sport automobile y était déjà très tôt. Depuis mon enfance, j’ai visité des courses de voitures avec mon père. Je trouvais ça génial. Mon père est un photographe amateur et il m’a rapidement refilé le virus de la photographie. Nous allions régulièrement aux courses le week-end. Bien sûr avec un appareil photo. Nous avons souvent vu que les photographes de presse avaient les meilleures places pour faire des photos. Nous étions assis sur les gradins ou à une distance sur une butte. Nous en avons tiré le meilleur parti. Bien sûr, on préfère être le plus près possible du circuit ou du moins devant les barrières. Nous avons régulièrement fantasmé comment ce serait d’avoir une accréditation de presse. Ça nous paraissait formidable de vivre l’action de si près.

À un moment donné, nous nous sommes dit : que pouvons-nous faire pour avoir accès aux zones réservées à la presse ?

Créer notre propre site de photographie

Canon EOS 7D Mark II

ISO
2000
Focale
600 mm
Vitesse d’obturation
1/1600 sec
Diaphragme
f/6.3

En tant que photographe amateur, vous n’obtenez pas si facilement une accréditation presse. C’est pourquoi, après beaucoup de brainstorming, nous avons décidé de créer un site Web sur lequel nous pourrions montrer nos photos. Nous avons photographié des courses locales facilement accessibles. Par exemple, pendant les journées des essais, souvent le jeudi, vous pouvez vous rendre sur la pitlane avec votre appareil photo. Nous faisons des photos à tout-va pendant les week-ends de course. Et après chaque course, nous mettions en ligne les plus belles photos de course. Notre portfolio s’est donc rapidement étendu. À l’époque, nous étions en plein milieu de la montée de la photographie numérique. Nous avons également été l’un des premiers à créer un site Web photographique sur le sport automobile. Cela nous a certainement aidés. De plus, nous travaillions d’arrache-pied pour obtenir l’accréditation de presse tant convoitée.

Mes débuts en tant que photographe de presse

Le moment où nous avons reçu la confirmation que nous avions été autorisés à nous rendre aux 24 heures de Zolder est à tout jamais gravé dans ma mémoire. Nous avions enfin obtenu l’accès aux zones pour la presse que nous voulions tellement.

J’ai dit à mon père avec étonnement : ça y est, on y est arrivé, papa !

La première fois que j’ai traversé les clôtures était très spéciale. Normalement, nous devions rester derrière la clôture et nous voyions comment les photographes de presse avaient accès aux meilleurs endroits. Maintenant c’était à nous. Je rêvais de cela depuis des années.

Courses de 24 heures

Canon EOS 7D Mark II

ISO
400
Focale
600 mm
Vitesse d’obturation
1/600 sec
Diaphragme
f/6.3

Depuis la première fois en tant que photographe de presse sur le circuit de Zolder, j’ai photographié de nombreuses courses de 24 heures. En tant que photographe, il est très agréable que vous disposiez de beaucoup de temps. Cela vous permet d’essayer toutes sortes de points de vue différents à votre aise. Je trouve intéressant de capturer une image de la course aussi diverse que possible. Rien n’est aussi ennuyeux qu’un album avec quarante photos identiques avec une voiture différente. Personnellement, je n’enverrais jamais une série de photos avec des photos prises du même point de vue. Car dans ce cas, ça devient un ‘numéro plutôt que de la photographie exceptionnelle. C’est pourquoi je bouge beaucoup lors d’une telle course. Vous devez également faire face à de nombreuses situations d’éclairage différentes au cours d’une course de 24 heures. C’est pour cette raison qu’on espère toujours avoir un beau soleil du soir à l’heure d’or.

Astuce: changez de point de vue

Ensuite, sélectionnez par exemple une photo par point de vue. Ainsi, vous évitez que les photos ne se ressemblent et vous créez une belle série de photos.

Nikon D7000

ISO
250
Focale
70 mm
Vitesse d’obturation
1/4000 sec
Diaphragme
f/2.8
Canon EOS 7D Mark II

ISO
100
Focale
18 mm
Vitesse d’obturation
1/13 sec
Diaphragme
f/22
Canon EOS 7D Mark II

ISO
100
Focale
18 mm
Vitesse d’obturation
1/1000 sec
Diaphragme
f/6.3
Canon EOS 7D Mark II

ISO
100
Focale
200 mm
Vitesse d’obturation
1/200 sec
Diaphragme
f/10
Canon EOS 7D Mark II

ISO
100
Focale
150 mm
Vitesse d’obturation
1/60 sec
Diaphragme
f/14
Nikon D7000

ISO
1250
Focale
100 mm
Vitesse d’obturation
1/125 sec
Diaphragme
f/2.8
Canon EOS 6D

ISO
100
Focale
70 mm
Vitesse d’obturation
1/40 sec
Diaphragme
f/10
Nikon D90

ISO
640
Focale
31 mm
Vitesse d’obturation
1/4 sec
Diaphragme
f/9
Canon EOS 7D Mark II

ISO
100
Focale
200 mm
Vitesse d’obturation
1/200 sec
Diaphragme
f/10
Nikon D200

ISO
100
Focale
40 mm
Vitesse d’obturation
1/80 sec
Diaphragme
f/7.1
Canon EOS 7D Mark II

ISO
100
Focale
24 mm
Vitesse d’obturation
1/640 sec
Diaphragme
f/6.3
Nikon D90

ISO
200
Focale
400 mm
Vitesse d’obturation
1/1600 sec
Diaphragme
f/5.6
Canon EOS 7D Mark II

ISO
100
Focale
140 mm
Vitesse d’obturation
1/1600 sec
Diaphragme
f/2.8
Nikon D200

ISO
800
Focale
40 mm
Vitesse d’obturation
1/200 sec
Diaphragme
f/22

J’aime l’ambiance des courses de 24 heures. Cela ressemble presque à une bande de gladiateurs qui se combattent. Une telle course d’endurance a quelque chose d’héroïque pour moi. Un homme et une machine qui vont jusqu’au bout et c’est la combinaison la plus forte qui gagne.

Apothéose annuelle : les 24 heures du Mans

Canon EOS 7D Mark II

ISO
100
Focale
75 mm
Vitesse d’obturation
1/500 sec
Diaphragme
f/5

J’ai pu photographier les 24 heures du Mans à plusieurs reprises. Chaque année, j’ai hâte d’y aller. Les 24 heures du Mans sont connues pour leur atmosphère, l’histoire, l’enthousiasme, la vitesse et les sensations. Ce n’est pas pour rien que la course est l’une des courses les plus célèbres au monde (Chaque année, environ 300.000 visiteurs et 200 millions de personnes regardent la course en direct à la télévision, ndlr)

Canon EOS 7D Mark II

ISO
1000
Focale
200 mm
Vitesse d’obturation
1/640 sec
Diaphragme
f/5.6

Je trouve vraiment formidable de pouvoir y prendre des photos. Bien qu’on y travaille aussi très dur. Ça commence le mardi avec l’inspection des voitures et dure jusqu’à la fin de la course le dimanche. La photographie m’amène vraiment dans un autre monde que mon travail habituel. Et c’est ce qui me plaît tant. Les deux ne peuvent pas vraiment être combinés, c’est pourquoi je les garde séparés. Je ne me consacre à la photographie que lorsque j’ai réservé la journée entière. Je sélectionne et édite donc les photos sur place autant que possible. C’est un travail assez dur, mais je le fais avec plaisir.

Héroïque

Nikon D90

ISO
500
Focale
100 mm
Vitesse d’obturation
1/500 sec
Diaphragme
f/2.8

La course est également connue pour son historique d’accidents. Le sport automobile n’est certainement pas sans danger. Avec des vitesses maximales de 350 kilomètres à l’heure, un accident est si vite arrivé. J’admire vraiment les pilotes. Les courses sont devenues de plus en plus sûres avec le temps. Les photographes doivent également porter une attention particulière à la sécurité. En tant que photographe de presse, vous pouvez parfois prendre des photos dans la voie des stands. Mais vous devez porter une combinaison résistant au feu. Faire le plein des voitures n’est pas sans danger. Les voitures chauffent pendant la course. S’il y a du carburant qui fuit sur la voiture, cela devient dangereux. Avant de vous en rendre compte, il y a un feu. Vous devez donc toujours garder un œil sur votre environnement.

Courses de nuit

Canon EOS 6D

ISO
100
Focale
200 mm
Vitesse d’obturation
1/250 sec.
Diaphragme
f/4

Lors des courses de 24 heures, les pilotes continuent toute la nuit. Cela rend ces courses particulièrement intéressantes pour les photographes. Il est difficile de photographier les voitures en raison des vitesses élevées et des mauvaises conditions d’éclairage. Personnellement, je ne suis pas fan des flashs. C’est pourquoi je photographie avec des objectifs adaptés. Grâce aux grands diaphragmes (nombre f peu élevé) de ces objectifs, le capteur de votre appareil photo reçoit beaucoup de lumière. Avec les sources de lumière existantes, telles que l’éclairage de circuit ou les phares de voiture, je peux toujours prendre de belles photos nettes.

Peindre avec la lumière

En parlant de phares de voiture… En basse lumière, il est recommandé de prendre des photos avec une vitesse d’obturation lente. Les phares des voitures se transforment alors en traits de lumière. J’ai pris cette photo pendant les 24 heures de Spa-Francorchamps.

Canon EOS 7D Mark II

ISO
100
Focale
20 mm
Vitesse d’obturation
3,2 sec.
Diaphragme
f/7.1

C’est presque une peinture. C’est la raison pour laquelle je l’ai fait imprimer sur du carton mousse chez CEWE. Cela fait bien ressortir les couleurs. Je préfère avoir une très grande photo au mur que dix photos plus petites. C’est pourquoi j’ai choisi un format de 100 × 150 centimètres. Si vous entrez maintenant dans la pièce, une telle décoration murale attirera immédiatement votre attention. Elle attire tous les regards.

Résumé

Vincent était un fan des sports automobiles depuis son plus jeune âge. Avec son père, il a visité de nombreuses courses. Il y voyait que les photographes de presse avaient les meilleurs endroits. Et c’est ce qu’il voulait aussi. Après avoir travaillé d’arrache-pied, Vincent a réussi à devenir photographe de presse lors de courses automobiles. Les courses de Formule 1 et les 24 heures en particulier font battre son cœur plus vite.

Inspiré(e) ?

Vos photos en grand format !

Mettez-vous au défi avec la photographie de course

Avec des vitesses maximales supérieures à 300 km/h, les courses de moto garantissent des sensations fortes.
Décoration murale