Service client 7J/7
015 - 29 56 13

Évadez-vous dans vos plus beaux souvenirs

"Dès que nous avons aperçu les impressionnants cétacés, j’ai oublié tous les efforts que je devais faire pour rester stable et mon cœur de photographe s’est emballé."

Marius van Pijpen

Marius est impliqué dans la photographie depuis plus de 30 ans. Depuis 2008, il a créé sa propre entreprise dans le but de rendre la photographie (numérique) compréhensible pour les gens. En outre, Marius travaille également chez CEWE. Ici, il est responsable des cours de formation en ligne, du studio photo, des événements et des foires. Découvrez le travail de Marius sur www.me-dia.nl.

Même si la situation que nous vivons actuellement nous défend de planifier des vacances d’hiver, rien ne nous empêche de nous évader en nous remémorant nos meilleurs souvenirs de vacances. Comme ceux que j’ai vécus lors de mon séjour en Islande. Juste avant que le coronavirus fasse irruption dans nos vies, j’ai passé cinq jours dans cet incroyable pays avec ma femme et un couple d’amis.

Énormément de neige

Il faut s’habituer à toute cette neige lorsque chez soi il ne tombe que quelques centimètres de neige en hiver, mais c’est formidable. Nous avions loué une voiture, pour pouvoir nous déplacer à notre guise. Rapidement, nous avons constaté que la voiture avait un problème et comme dédommagement nous sommes partis gratuitement au volant d’une 4×4. Cela ne semblait pas un luxe. Les routes sont bonnes, mais avec la grande quantité de neige il est parfois compliqué de garder le contrôle de sa voiture. Je vous conseille donc d’opter pour un 4×4 si vous partez découvrir ce pays en voiture.

Hors des sentiers battus

Contrairement aux nombreux touristes qui se pressent pour aller admirer le Cercle d’Or, nous avons mis le cap sur le Vesturland, la région de l’ouest de l’Islande. Et nous ne l’avons pas regretté une seule seconde. La nature y est éblouissante et les touristes bien moins nombreux. Nous avons vécu des journées très différentes, mais toujours magnifiques. La météo aussi a été très changeante. Tempête un jour, pluie sans vent un autre jour, et tempête de neige à plusieurs reprises. Ces changements météo n’ont cessé de redessiner les paysages pour les rendre encore plus intéressants.

« Nous nous arrêtions sans cesse, car chaque panorama valait une photo. »

Une patience d’ange

Ma femme et mes amis ont dû faire preuve de beaucoup de patience lorsqu’ils m’ont accompagné. Nous nous arrêtions sans cesse, car chaque nouveau panorama valait une photo. Lorsque nous croisions des merveilles de la nature, mes camarades de voyages ont dû se montrer encore un peu plus patients, car je voulais les immortaliser sur une photo unique et parfaite. C’est ainsi que j’ai photographié l’église noire au milieu d’une tempête, mon bonnet s’est même envolé. Heureusement, la patience d’ange a donné de beaux résultats, et les amis sont toujours de bons amis.

CONSEIL : Réfléchissez à l’avance à la façon dont vous pourriez réaliser la meilleure photo du sujet visé. Je fais souvent ça en arrivant, comme pour l’église noire. Cela demande peut-être un peu de pratique, mais ça fonctionne. Vous pourriez également vous préparer chez vous en recherchant les monuments sur Internet.

Insaisissable Islande

Il n’est pas évident de photographier l’Islande. Sur la côte, la mer était très agitée en raison des vents violents et les vagues venaient s’écraser sur les rochers. C’est superbe à voir, mais plus compliqué à immortaliser. Il faut sans cesse jongler avec les réglages de l’appareil photo. En s’écrasant, les vagues projetaient de fantastiques gerbes d’eau à des hauteurs prodigieuses. Pour obtenir des images nettes de cette nature déchaînée, il faut utiliser une vitesse d’obturation très rapide, mais lorsque la météo est morose, c’est vraiment difficile, car la luminosité n’est tout simplement pas suffisante. Dans ce cas, il faut explorer les limites et faire des choix : comment utiliser la vitesse d’obturation la plus élevée possible avec une valeur de diaphragme élevée pour obtenir une belle profondeur de champ, et quelle valeur ISO choisir ?

De toutes les photos que j’ai prises de la côte, c’est finalement celle-ci que je trouve la plus réussie. Les flocons, balayés par le vent, apparaissent comme des traits sur la photo et lui donnent une touche particulière.

« En s’écrasant, les vagues projetaient de fantastiques gerbes d’eau à des hauteurs prodigieuses. »

CONSEIL : lorsque la météo est mauvaise, jetez un œil en l’air. Peut-être y a-t-il un trou dans les nuages par lequel se faufile un rayon de soleil et que c’est juste l’effet que vous attendiez pour votre photo ? N’oubliez pas non plus que vous pouvez toujours adapter l’un ou l’autre élément au moment de la retouche.

Lors d’une excursion en mer, je me suis retrouvé face à un autre défi. Nous savions que l’hiver était la saison propice pour voir des orques en Islande et nous ne voulions rater cette occasion pour rien au monde. Il n’y avait pas de vent, mais malgré tout une forte houle et les vagues pouvaient atteindre cinq mètres de haut. Difficile de garder l’équilibre dans ces circonstances…

Dès que nous avons aperçu les impressionnants cétacés, j’ai oublié tous les efforts que je devais faire pour rester stable et mon cœur de photographe s’est emballé. Après avoir retrouvé mon équilibre, je me suis décidé à prendre un bon téléobjectif. Pour cette excursion, je m’étais spécialement muni d’un autre appareil photo doté d’un téléobjectif de 100-400 mm. Oui oui, je suis peut-être un peu fou. Mais admirez ci-dessous l’une des photos que j’ai réussi à prendre.

CONSEIL : Restez attentif à tout ce qui vous entoure. Il y a tellement de belles choses à découvrir en Islande, mais c’est un art de réussir à immortaliser les moments uniques et surprenants. J’ai par exemple aperçu un groupe d’oies dans un magnifique et paisible paysage hivernal, pile au moment où le soleil montrait le bout de son nez entre deux tempêtes de neige. La situation typique pour garer sa voiture et prendre des photos.

Voici des conseils pour prendre des photos par temps froid

  • Achetez des gants spéciaux avec lesquels vous pouvez facilement manier votre appareil photo. Vous ne tiendrez pas très longtemps avec les mains nues. J’ai des gants qui me permettent d’utiliser l’écran tactile de mon appareil, quel bonheur !

  • Conservez vos batteries de réserve à un endroit chaud. Les batteries tiennent beaucoup moins longtemps dans le froid. De retour chez vous ou dans votre hôtel ? Vérifiez qu’elles soient pleines. Ce n’est jamais agréable de découvrir le lendemain, en pleine séance de photographie, que vos batteries sont plates.

  • Utilisez un bonnet de douche vieillot de l’hôtel pour protéger votre appareil de la pluie et de la neige. Ce bonnet de douche entoure parfaitement votre appareil et est une solution bon marché pour le garder bien au sec. Et vu qu’ils sont transparents, vous voyez toujours bien à travers votre objectif pour choisir les bons paramètres.

  • Heureusement, les appareils photo les plus récents sont plus étanches à l’eau, ou plutôt aux éclaboussures. La prudence reste néanmoins de mise.

  • Veillez à mettre des chaussures qui ne glissent pas et à emporter des semelles à crampons pour le cas où vous seriez amené à prendre des photos sur un sol très glissant.

Espérons que nous puissions recommencer à vivre des moments fantastiques et inoubliables comme ceux-là dans un avenir pas trop lointain. Et pour l’heure, profitons des beaux souvenirs que nous avons engrangés !

Envie d’une autre histoire d’hiver ? Alors, lisez la CEWE Story de Hans-Jurgen sur son voyage en Sibérie.

Résumé

Ce n’est pas trop le moment de voyager, mais vous pouvez vous évader en pensant à de beaux souvenirs. Le photographe et expert CEWE en matière de logiciel de création, Marius van Pijpen, revient ainsi pour nous sur son fascinant voyage en Islande. Il nous raconte les magnifiques moments qu’il y a vécus et comment il a réalisé de superbes photos malgré le temps orageux.

Inspiré(e)?

Dans ce cas, créez maintenant