Du Grand Nord au Moyen-Orient

Ma pulsion journalistique m'emmène vers des destinations de voyage insolites

Rencontrez l’auteur

François Cauliez

François est copropriétaire de comcomcom.be, une agence de communication, où il travaille comme rédacteur et traducteur. Dans ses temps libres, il aime sortir avec son appareil photo. Sa curiosité l'a amené vers les destinations les plus spéciales du monde. François a par exemple fait du kayak entre les glaces flottantes de Svalbard, a emmené sa famille à Moscou et s'est rendu seul en Iran pour y capturer la vie locale.

Pulsion journalistique

Canon EOS 1300D

ISO
100
Focale
75 mm
Vitesse d’obturation
1/200 sec
Diaphragme
f/7.1

Enfant, j’avais l’idée de faire des études de journalisme. Je suis naturellement très curieux et j’aime explorer. Finalement, mon choix s’est porté sur la formation pour devenir rédacteur et traducteur. Mais j’ai toujours ce caractère curieux. Cela m’amène aux endroits les plus intéressants. En plus de mon travail, j’essaye de voyager beaucoup. Je préfère photographier sans arrêt pendant ces voyages. Et je ne veux pas dire que je prends des milliers de photos en une journée, mais que je suis occupé à photographier toute la journée.

Pour moi, la photographie consiste aussi en grande partie à regarder et à observer. Pour prendre tout le temps dont j’ai besoin, je voyage seul une fois par an. Cela me permet de me concentrer pleinement sur la photographie. J’aime particulièrement capturer les gens, la nature et la culture. Chaque année, je fais un calendrier. Ce calendrier illustre également que je photographie de nombreux sujets et destinations différents. J’essaie aussi de travailler de façon thématique. Cela veut dire que j’utilise des photos hivernales pour les mois d’hiver et des photos plus estivales en été.

Je peux parfaitement m’asseoir et attendre une heure sur une esplanade jusqu’à ce qu’une personne photogénique passe.

Perle dans l’océan Arctique

Canon EOS 1300D

ISO
100
Focale
190 mm
Vitesse d’obturation
1/1250 sec
Diaphragme
f/5.6

L’été dernier, j’ai passé deux semaines à Svalbard, un archipel situé à 500 kilomètres au nord de la Norvège. La nature y est d’une beauté à couper le souffle. Parce que c’était l’été, j’ai décidé de faire un voyage en kayak, même s’il faisait quand même encore assez froid, haha. Nous avons navigué entre les glaciers et on pouvait entendre le crépitement de la glace. Ce fut une expérience bizarre. D’autant plus qu’il faisait encore jour à une heure du matin. En raison de son emplacement dans l’extrême nord, il fait clair 24 heures par jour pendant les mois d’été. Malgré l’heure tardive de la sortie en kayak, on ne se sentait pas fatigué. J’avais l’impression qu’il n’était que quatre heures de l’après-midi. On remarquait seulement la fatigue dès qu’on entrait.

Normalement, je ne visite jamais deux fois le même endroit, mais je fais une exception pour Svalbard.

Une ville minière russe abandonnée

La même semaine, j’ai visité une ville minière russe abandonnée. Sous surveillance, comme toute activité à Svalbard. Il y a des ours polaires qui se promènent dans la nature. Et bien qu’il s’agisse d’animaux magnifiques, ils sont également dangereux. La ville abandonnée, appelée Pyramiden, est l’un des vestiges du communisme. Nous y avons marché entre les anciennes casernes où dormaient les mineurs. Il y a également un hôpital, une salle de sport et plusieurs camions abandonnés.

Canon EOS 1300D

ISO
100
Focale
29 mm
Vitesse d’obturation
1/400 sec
Diaphragme
f/5.6
Une statue de Lénine sur une carré à Pyramiden
Canon EOS 1300D

ISO
100
Focale
300 mm
Vitesse d’obturation
1/200 sec
Diaphragme
f/5.6

La ville est abandonnée depuis 1996. Cette année-là, un accident d’avion s’est produit, faisant le plus grand nombre de victimes dans l’histoire de la Norvège. Les passagers venaient de Pyramiden et de Barentszburg. Les deux endroits vivaient de l’exploitation minière. Pyramiden n’a jamais surmonté ce coup. Bien qu’il y ait maintenant quelques Russes qui veulent insuffler une nouvelle vie à l’endroit grâce au tourisme. C’est absolument un endroit spécial. Un jour, je veux retourner à Svalbard, mais au début du printemps. Maintenant, nous partions souvent en excursion en bateau, mais en hiver et au printemps, la plupart des excursions se font en motoneige. Cela me paraît plutôt amusant.

La culture au Moyen-Orient

Canon EOS 1100D

ISO
100
Focale
100 mm
Vitesse d’obturation
1/320 sec
Diaphragme
f/5.6

Le Moyen-Orient m’a toujours fasciné. La région est si souvent dans l’actualité, mais je trouve frappant le peu de choses qu’on connaît vraiment de ce pays. Je voulais voir de mes propres yeux comment les choses se passent. Ces dernières années, je me suis rendu seul en Israël et en Iran, même si j’ai rejoint un groupe pour l’Iran. Les trajets entre les villes se faisaient en groupe, mais dans les villes on pouvait partir à la découverte tout seul. J’adore ça. De cette façon, je peux prendre tout le temps pour observer et prendre des photos. Par exemple, j’ai passé deux heures au Mur des Lamentations à Jérusalem pour observer les gens. Il est très important de prendre le temps avant de prendre des photos. De cette façon, vous en apprendrez beaucoup plus sur un pays que si vous prenez rapidement une photo avant de poursuivre votre route. À Tel Aviv aussi, j’avais l’habitude de me promener en ville et de faire des photos de neuf heures du matin à neuf heures du soir.

Certaines personnes me demandaient  même si je voulais les prendre en photo.

L’hospitalité iranienne

iPhone 8

ISO
20
Focale
4 mm
Vitesse d’obturation
1/180 sec
Diaphragme
f/1.8

Mon plus beau voyage a été en Iran. Le pays a une belle combinaison de nature et de culture. Il y a des déserts, avec de grandes dunes de sable et des formations rocheuses, et de vastes plaines salées. Mais aussi de beaux palais et mosquées, des villes animées et le patrimoine perse. De plus, les Iraniens sont incroyablement hospitaliers. On y est accueilli à bras ouverts. Ils savent que le pays n’a pas de bonne réputation en Occident et ils veulent changer cette image. Dès que les gens voyaient que je faisais des photos, ils venaient rapidement vers moi. Certaines personnes m’ont même demandé si je voulais les prendre en photo (sans rien vouloir en retour). Pour quelqu’un qui doit normalement franchir un seuil pour photographier des personnes qu’il ne connaît pas, c’était très agréable.

Séries photo spontanées

iPhone 8

ISO
40
Focale
3.99
Diaphragme
1.8

Partout où j’allais en Iran, je voyais des affiches et des photos de Khomeiny, le guide spirituel de la révolution iranienne. Dans les rues commerçantes, derrière le comptoir de l’hôtel, dans les restaurants… impossible d’y échapper. Cela m’a donné l’idée d’en faire une série de photos. Les photos ne sont pas spéciales en soi, mais ensemble, cela donne une image intéressante. J’ai placé ces photos au format mosaïque dans le livre photo de ce voyage. L’idée d’une telle série de photos surgit souvent très spontanément. À chaque voyage que je fais, j’essaie de mettre en évidence certains détails avec une petite série de photos. Cela rend le livre photo d’autant plus intéressant. Pensez par exemple à un triptyque avec des oiseaux en Norvège, ou toutes sortes de panneaux d’avertissement différents sur un ferry. De plus, ça m’amuse de rechercher de tels détails. Ça permet d’observer une destination d’un œil différent.

Voyager en famille

iPhone 8

ISO
20
Focale
4 mm
Vitesse d’obturation
1/1453 sec
Diaphragme
f/1.8

Je choisis des destinations insolites quand je voyage tout seul, mais les voyages en famille ne sont pas non plus des « vacances standard ». Mon fils et mes deux filles sont actuellement dans leur adolescence et proposent maintenant des idées lorsque nous voyageons. C’est très agréable à voir. Le printemps dernier, par exemple, nous avons visité Moscou et Saint-Pétersbourg. À Saint-Pétersbourg, nous avons visité un musée d’art de rue dans une ancienne usine. Nous avons également marché avec un guide sur les toits de Saint-Pétersbourg et nous avons vu la ville d’en haut. On marchait dans les gouttières avec la rue à des dizaines de mètres sous nous, mais la vue était magnifique. Une expérience unique.

iPhone 8

ISO
20
Focale
4 mm
Vitesse d’obturation
1/558 sec
Diaphragme
f/1.8

Pendant ces voyages, je pense que passer du temps de qualité avec la famille est plus important que de prendre des photos. De plus, cela ne les rend pas particulièrement heureux si je veux m’arrêter tous les 100 mètres pour prendre une photo. Ma fille cadette s’intéresse d’ailleurs de plus en plus à la photographie. Elle aime prendre des photos avec des amies. Dans ces cas-là, je lui donne des conseils pour une bonne exposition ou un point de vue spécial, mais c’est à elle de découvrir le reste par elle-même. Je pense que c’est mieux de trouver son propre chemin dans la photographie. C’est également comme ça que je l’ai appris. Essayer de trouver le sujet que vous aimez photographier, puis approfondir vos connaissances.

Résumé

François est de nature curieuse. Cela l’amène vers les destinations de voyage les plus originales. Une fois par an, il part seul en voyage. De cette façon, il peut se concentrer entièrement sur la photographie. L’année dernière, il a visité Svalbard dans l’océan Arctique et s’est rendu en Russie avec sa famille. Mais le Moyen-Orient continue de le fasciner le plus. Il aime prendre le temps d’observer la vie locale et réalise régulièrement une série de photos pour mettre en évidence certains détails.

Inspiré(e)?

Dans ce cas, créez maintenant

Trois couples pour un deuxième prix

Tout le monde peut capturer la réalité, je cherche donc la créativité dans le post-traitement
Décoration murale