Comment photographier la Saint-Nicolas

La saison des agréables soirées conviviales est ouverte depuis un moment déjà. Par ce temps maussade, tout le monde ressent le besoin de rester bien au chaud à l'intérieur. Et dans un peu moins d’un mois, nous pourrons nous réjouir de la plus agréables des soirées : la veille de Saint-Nicolas. Vous voulez bien évidemment capturer une fête aussi chaleureuse et bon-enfant avec votre appareil photo… Dans ce blog, nous vous donnons quelques conseils pour vous préparer aux merveilleuses soirées de décembre.Lire plus


Petit récapitulatif sur les règles de composition

Les règles de composition vous aident à prendre de meilleures photos de manière simple et rapide. Les règles ont été utilisées depuis les tout-débuts de la peinture pour bien représenter les paysages par exemple. Et vous pouvez également utiliser cette méthode éprouvée pour la photographie. Vous trouverez ci-dessous un petit du cours de remise à niveau sur la composition, dans lequel nous résumons les règles les plus connues.Lire plus


Oubliez l'excursion en ville : partez en excursion dans un village

Sept villages photogéniques dans le BeNeLux

Il n’y a rien de tel qu’un city-trip mais en général, vous n’avez pas le temps de voir toute la ville. De plus, tout le monde n'aime pas l'agitation et le chaos des (grandes) villes. D’où ce blog spécialement dédié à ceux qui veulent découvrir un endroit agréable à leur aise : sept villages photogéniques dans le Benelux.Lire plus


Halloween = photographie d’épouvante

Des bonbons ou un sort ! Halloween gagne rapidement en popularité dans notre pays. Halloween est bien sûr la fête de l’épouvante et la particularité est qu'il y a toujours une sorte de tentation. Vous reconnaîtrez sans doute cette situation : vous ne voulez ou n'osez pas regarder, mais c’est plus fort que vous. Créer un film d'épouvante est sans doute un peu trop de travail, mais rien ne vous empêche de vous mettre à la photographie d'horreur ! Lisez ci-dessous comment vous y prendre.Lire plus


Astuces pour photographier l’automne

Nous sommes en plein automne et cela signifie que si vous aimez la photographie, vous pourrez profiter d’un cadre magnifique dès que vous quittez la maison. L’automne est une saison très photogénique avec d’excellentes occasions de capturer les changements dans la nature. Curieux de savoir comment vous pouvez réussir vos photos d’automne ? Alors lisez la suite.Lire plus


L'histoire des calendriers de l'avent (et comment vous pouvez en créer un vous-même !)

Eh oui, impossible de le nier : Noël approche à grands pas. Et cela signifie également qu'il est temps de commander votre calendrier de l'avent pour cette année !Lire plus


Photographier tous les pays du monde

Rencontrez l’auteur

Loek Carabain
Loek est le photographe interne de l’entreprise de viande dont il était également directeur-propriétaire. À travers son travail, il visite des pays dans le monde entier. Cela lui donne l’occasion de photographier beaucoup. Et lorsqu’il ne voyage pas pour son travail, il visite le plus grand nombre de pays possible où il n’est pas encore allé. À la maison, il a maintenant une collection impressionnante de pas moins de 200 livres photo.

Le Transsibérien

Je viens de rentrer d’un voyage avec le Transsibérien, une route ferroviaire reliant Pékin à Moscou. En dix-huit jours, j’ai parcouru la Chine, la Sibérie, la Mongolie et une grande partie de la Russie. Un bel itinéraire de pas moins de 8.000 kilomètres. Je peux le recommander à n’importe quel photographe. C’est tellement spécial de voir ces pays passer à bord du train. Vous arrivez dans des endroits où vous ne vous rendriez pas aussi rapidement. Par exemple, saviez-vous qu’ils ont aussi un énorme Kremlin à Kazan ? Beaucoup de gens prennent trois mois pour un aussi long voyage, mais parce que nous avons beaucoup utilisé le train de nuit, nous avons pu voir beaucoup de choses en dix-huit jours. Nous avons donc voyagé de manière très efficace.

Astuce : voyager en train
Je le recommande à tous les photographes. C’est tellement spécial de voir tous ces pays défiler à bord du train. Vous arrivez dans des endroits où vous ne vous rendriez pas aussi rapidement.

 

 

Comment tout a commencé…

Je photographie depuis l’âge de dix ans et j’ai donc plus de cinquante ans d’expérience. Au début, je me suis surtout débrouillé, apprendre sur le tas. Ce n’est que plus tard que j’ai suivi des cours à Utrecht. J’étais dans une classe entre photographes et journalistes, ils étaient donc là pour leur travail. Personnellement, j’étais surtout intéressé parce que je voulais faire de meilleures photos pour moi et mes livres. Mais les photos de brochures et de magazines de mon entreprise en ont également profité.

En plus de mon rôle de directeur, j’ai également joué le rôle de « photographe interne » pour ma propre entreprise pendant de nombreuses années. J’aime photographier le « voyage » que fait la viande. C’est un processus spécial à suivre – de la ferme au produit fini. Mon travail me donne également l’occasion de le faire à différents endroits du monde. Je fais toujours des photos pour une variété de revues et de magazines professionnels.

 

À la recherche d’animaux spéciaux

Voyager beaucoup, les fuseaux horaires toujours changeants : cela demande beaucoup d’effort physique. Si vous voulez beaucoup voyager et voir le monde, vous devez rester en bonne santé. C’est pourquoi je cours un semi-marathon tous les dimanches. Cela me permet de rester en forme et de faire ce que j’aime faire : voyager et photographier.

 

Astuce : utilisez les connaissances locales

Un bon guide local est précieux pour chaque photographe. Par exemple, il vous dit exactement quel buisson chercher pour trouver un caméléon.

Je suis heureux avec mes photos de voyage de Madagascar où je voyageais avec ma femme. Avec un guide local, nous sommes allés chercher des animaux spéciaux. Par exemple, ce guide savait exactement où et sous quels buissons on devait chercher un caméléon. Tout d’abord, bien sûr, vous recherchez le bon buisson et s’il y a également des crottes en dessous, alors vous savez qu’il y a de fortes chances d’y voir un caméléon. Plus vous faites ce type de repérages, mieux vous reconnaîtrez les signaux vous-même.

Les équipements essentiels pour voyager

Depuis des années, je photographie avec les meilleurs reflex numériques de Nikon combinés avec des objectifs ED. Je pense qu’il est important de ne pas emporter trop d’objectifs lors de vos voyages. Vous devez rester mobile. Mais je prends toujours deux appareils photo avec moi, au cas où l’un des deux ne marcherait plus.

Les objectifs que j’emporte sont des 55 mm et 200 mm de Nikon. Les autres équipements étant souvent trop lourds pour photographier à la main, vous avez besoin d’un trépied. Personnellement, je n’aime pas trop trimballer tout ce matériel. Si je veux prendre une photo en basse lumière, je cherche un objet sur lequel poser mon appareil photo. Dans ce cas, je peux quand même utiliser une vitesse d’obturation plus lente sans qu’il n’y ait trop de bruit sur la photo.

Toujours à l’affût

Aussi particuliers et fascinants que puissent être les animaux à l’étranger ; on trouve aussi beaucoup de jolis animaux ici chez nous. Je vis dans un bel espace vert à Drenthe et mon équipement et mon matériel sont toujours prêts pour l’action. Nous avons beaucoup d’écureuils et d’oiseaux dans notre jardin ; il y a souvent des espèces spéciales. Si je vois un tel animal, je veux pouvoir le capturer immédiatement. Si vous devez toujours chercher le téléobjectif approprié, vous manquez souvent votre chance de faire une belle photo. C’est pourquoi j’ai toujours un appareil photo sur un trépied afin de pouvoir prendre des photos immédiatement lorsque l’occasion se présente.

« J’ai toujours un appareil photo sur un trépied afin de pouvoir prendre des photos immédiatement lorsque l’occasion se présente»

Loek Carabain

Qu’est-ce qui fait qu’une photo est une photo exceptionnelle ?

Une photo vraiment exceptionnelle raconte une histoire particulière. Je veux pouvoir donner libre cours à mon imagination en regardant une photo. Un gros plan d’un oiseau peut être parfaitement photographié techniquement, mais s’il est mis en scène, la magie est partie pour moi. Je pense que l’histoire que raconte la photo est tout aussi importante. Sinon ce n’est rien d’autre qu’un truc artificiel.

Au mur de mon couloir, j’ai accroché un triptyque d’un pêcheur qui vient de lancer son filet. Il doit travailler dur pour gagner son argent. Chaque jour, il jette ses filets et chaque jour, son revenu dépend de ce qu’il attrape. Nous pouvons difficilement imaginer sa vie. Et ce sont justement ces belles histoires qu’il faut capturer. Les photos vraiment extraordinaires ? On n’en fait pas si souvent. Peut-être dix par an. Des portraits où l’on voit dans les yeux de quelqu’un que cette personne a eu une vie particulière, je trouve ça beau. Cela m’inspire et me motive.

Nature pure

La « nature pure » est souvent le thème central de mes photos. Outre le fait que j’aime photographier la nature et que je veux capturer des histoires pures, je n’édite guère mes photos. Tout au plus quand il y a un reflet sur la photo qui me dérange. Dans ce cas, je vais le retoucher, mais cela ne m’arrive presque jamais. Une photo doit être bonne du premier coup. Et avec une vitesse de sept images par seconde, il y en généralement au moins une bonne photo.

«Photographier tous les pays du monde, voilà ma ‘bucketlist’ personnelle.»

Loek Carabain

Après plus de cinquante ans de photographie, je suis toujours enthousiaste. Je n’ai pas l’intention de m’arrêter aussitôt. En fait, un nouveau thème a récemment été ajouté à la catégorie « nature pure ». Je suis le grand-père de trois petites-filles dont je prends souvent des photos. De plus, j’espère naturellement pouvoir photographier encore quelques pays magnifiques. Parce que bien qu’il y ait déjà 200 livres photo dans ma bibliothèque, je n’ai pas encore vu tous les pays du monde, loin s’en faut !

Résumé

Il a déjà visité de nombreux pays. Fort de ses nombreuses années d’expérience en photographie, Loek Carabain a déjà pris beaucoup de belles photos racontant des histoires particulières. Beaucoup d’autres suivront, car Loek a une ‘bucketlist’ assez particulière : photographier tous les pays du monde.


CEWE Photo Award 2019

Le jeudi 26 septembre, les lauréats du plus grand concours photo annuel au monde, les CEWE Photo Awards, ont été annoncés. La cérémonie a eu lieu au Musée d’histoire naturelle de Vienne, en Autriche. La photo gagnante d’Ina Schieferdecker a été choisie parmi pas moins de 448.152 photos. Schieferdecker a reçu le CEWE Photo Award lors d'un gala festif.Lire plus


Comment rester passionné par le loisir qu’est la photographie ?

Rencontrez l’auteur

Marius van Pijpen

Marius travaille dans la photographie depuis plus de 30 ans. En 2008, il a créé sa propre entreprise dans le but de rendre la photographie (numérique) plus compréhensible. Marius travaille également chez CEWE. Ici, il est responsable des formations en ligne, du studio photo, des événements et des salons. Découvrez le travail de Marius sur www.me-dia.nl.

Expérience

Le plaisir photographique a ses hauts et ses bas. Pas si étrange si vous prenez des photos depuis environ 50 ans, mais c’est difficile si c’est votre travail. Au fil des ans, cela m’a appris beaucoup de choses. Qu’est-ce qui vous fait parfois perdre votre plaisir photographique ? Comment gérer ces situations ? Et qu’est-ce qui fait que vous gardez ou retrouvez le plaisir de faire des photos ? Je suis heureux de l’avoir appris car, en tant que responsable de formations en photographie, je suis principalement motivé par la volonté de transférer mes connaissances. Ces expériences contribuent également à ce plaisir que me procure la photographie.

En tant que responsable de formations en photographie, je suis principalement motivé par la volonté de transférer mes connaissances.

Marius van Pijpen

 

 

Quand

Le plus important pour une photo, c’est le moment. Ce qui est logique. Mais il y a deux choses qui déterminent ce moment. Tout d’abord, bien sûr, ce qui se passe devant l’objectif à ce moment précis. Mais ce que le photographe ressent à ce moment est tout aussi décisif. Astuce 1 : « Soyez conscient du moment que vous créez pour vous-même. Cela déterminera le moment que vous vous apprêtez à capturer avec la photo. »

Même pour un photographe expérimenté comme moi, il faut beaucoup de temps avant de vraiment saisir ce moment. Ou parfois, ça ne marche pas du tout. J’ai constaté que ça fonctionne vraiment beaucoup mieux si je suis détendu pendant une séance photo. C’est peut-être même essentiel. Cela signifie aussi faire des choix. Je fais beaucoup de vélo. En cours de route, je vois parfois des photos parfaites. Mais je les ai laissés passer à ce moment-là au lieu de les photographier avec mon smartphone. Par contre, j’essaie de retenir l’endroit en question pour faire de belles photos.

 

Qui

En prenant conscience de cela, vous apprenez à être ouvert aux moments parfaits. Ils peuvent alors surgir très spontanément. Par exemple la photo d’un homme dans une porte à Paris. J’étais en voyage avec des amis, parfaitement décontracté. J’ai soudainement vu cette image. Pour moi, elle reflétait mon expérience de Paris à cette époque. En regardant l’endroit, j’ai réfléchi à la façon dont je voulais prendre la photo et je l’ai prise en un clic.

 

 

Un homme à Paris

Astuce : photographiez pour vous-même

Ne faites pas trop d’effort pour être admiré des autres.

Cela m’amène à la 2e astuce. Pour moi, le point de départ d’une photo parfaite est que je souhaite transmettre par l’image capturée l’émotion que j’ai moi-même ressentie. Demandez-vous « Pour qui est-ce que je prends ma photo ? » Ne faites pas trop d’effort pour être admiré des autres. Prenez vous-même plaisir dans les photos que vous avez faites. Si vous y parvenez, vos photos s’amélioreront naturellement.

Ne vous comparez pas trop non plus aux autres. Les participants à mes cours me disent souvent qu’ils mesurent leurs propres photos avec celles qu’ils voient en ligne. Mais les photos en ligne sont souvent post-traitées et ne donnent pas une idée correcte de la photo originale.

Pourquoi

Mon troisième conseil est « savoir pourquoi vous prenez une photo de quelque chose ». Vous pouvez avoir plusieurs raisons. Par exemple, j’aime vraiment prendre une photo qui met mes compétences à l’épreuve et je peux bien imaginer que d’autres photographes s’amusent également à se mettre au défi. Mais pour moi, je veux seulement prendre la peine pour une bonne photo quand je sais que je vais en faire quelque chose. J’édite chaque photo, et c’est ce que j’adore faire car je trouve que c’est un élément important de la photographie.

Pour moi, le post-traitement consiste à tirer le maximum d’une photo. J’accentue donc ce dont la photo a besoin. Par exemple, accentuer les ombres que j’ai vues à la lumière naturelle, mais qui ne ressortent pas sur la photo. Ensuite, la photo qui a demandé tant de mon attention se retrouvera dans un livre photo. Quand j’ai fait tous ces efforts pour une photo, elle doit valoir la peine d’être prise.

C’est ma motivation personnelle et cela peut être différent pour tout le monde. Je veux surtout dire qu’il faut en avoir conscience. Ensuite, vous pourrez vous concentrer sur ce qui vous motive.

« Quand j’ai fait tous ces efforts pour une photo, elle doit valoir la peine d’être prise. »

Marius van Pijpen

L’angoisse du photographe

J’ai également connu des moments auxquels je ne savais plus quoi faire de la photographie.

Il y a environ cinq ans, je ne savais plus où trouver ma motivation. Tout comme les écrivains qui doivent parfois faire face à l’angoisse de la page blanche, j’ai eu cette même angoisse pour mes photos. Le flux toujours croissant de photos que j’ai vues passer par tous les canaux numériques m’a amené à me demander pourquoi je faisais des photos.

Il y a vingt ans, j’en avais marre des tracas de la photographie analogique. C’est à ce moment que la photographie numérique a émergé. La façon numérique de travailler donnait des résultats immédiats, c’est-à-dire moins de déceptions dans la chambre noire. Ce qui est ironique. La photographie numérique qui m’a aidé il y a vingt ans m’a de nouveau contrariée il y a cinq ans.

Grâce à toute l’expérience que j’ai acquise, je sais que le plus important est de me demander quelles photos me font sourire. Si je me sens bien quand je prends des photos, cela se reflète également sur les photos. Vraiment !

Quelles photos me font sourire ?

Résumé

Marius van Pijpen est un photographe professionnel qui donne des cours aux amateurs. Il vous donne trois conseils pour rester motivé dans votre loisir préféré. Tout d’abord : assurez-vous que le moment où vous prenez des photos vous convient. Deuxièmement : photographiez surtout parce que vous l’aimez vous-même. Et enfin : déterminez ce qui vous motive et respectez cette motivation.


Photographiez vos fêtes !

Une boum par-ci, une fête par-là et pourquoi pas encore une petite « party » plus tard : on aurait tendance à croire que nous fêtons constamment. Car, avouez : vous souvenez-vous du nombre de fêtes que vous avez eues cette année ? Non, non, ne soyez pas gêné, car il n’y a rien de tel que de faire la fête, n’est-ce pas ? Surtout si vous pouvez revivre la fête par après en regardant les photos de la soirée. Lisez ici comment rendre vos soirées vraiment inoubliables avec des photos.Lire plus