Rencontrez l’auteur

Marius van Pijpen

Marius travaille dans la photographie depuis plus de 30 ans. En 2008, il a créé sa propre entreprise dans le but de rendre la photographie (numérique) plus compréhensible. Marius travaille également chez CEWE. Ici, il est responsable des formations en ligne, du studio photo, des événements et des salons. Découvrez le travail de Marius sur www.me-dia.nl.

Expérience

Le plaisir photographique a ses hauts et ses bas. Pas si étrange si vous prenez des photos depuis environ 50 ans, mais c’est difficile si c’est votre travail. Au fil des ans, cela m’a appris beaucoup de choses. Qu’est-ce qui vous fait parfois perdre votre plaisir photographique ? Comment gérer ces situations ? Et qu’est-ce qui fait que vous gardez ou retrouvez le plaisir de faire des photos ? Je suis heureux de l’avoir appris car, en tant que responsable de formations en photographie, je suis principalement motivé par la volonté de transférer mes connaissances. Ces expériences contribuent également à ce plaisir que me procure la photographie.

En tant que responsable de formations en photographie, je suis principalement motivé par la volonté de transférer mes connaissances.

Marius van Pijpen

 

 

Quand

Le plus important pour une photo, c’est le moment. Ce qui est logique. Mais il y a deux choses qui déterminent ce moment. Tout d’abord, bien sûr, ce qui se passe devant l’objectif à ce moment précis. Mais ce que le photographe ressent à ce moment est tout aussi décisif. Astuce 1 : « Soyez conscient du moment que vous créez pour vous-même. Cela déterminera le moment que vous vous apprêtez à capturer avec la photo. »

Même pour un photographe expérimenté comme moi, il faut beaucoup de temps avant de vraiment saisir ce moment. Ou parfois, ça ne marche pas du tout. J’ai constaté que ça fonctionne vraiment beaucoup mieux si je suis détendu pendant une séance photo. C’est peut-être même essentiel. Cela signifie aussi faire des choix. Je fais beaucoup de vélo. En cours de route, je vois parfois des photos parfaites. Mais je les ai laissés passer à ce moment-là au lieu de les photographier avec mon smartphone. Par contre, j’essaie de retenir l’endroit en question pour faire de belles photos.

 

Qui

En prenant conscience de cela, vous apprenez à être ouvert aux moments parfaits. Ils peuvent alors surgir très spontanément. Par exemple la photo d’un homme dans une porte à Paris. J’étais en voyage avec des amis, parfaitement décontracté. J’ai soudainement vu cette image. Pour moi, elle reflétait mon expérience de Paris à cette époque. En regardant l’endroit, j’ai réfléchi à la façon dont je voulais prendre la photo et je l’ai prise en un clic.

 

 

Un homme à Paris

Astuce : photographiez pour vous-même

Ne faites pas trop d’effort pour être admiré des autres.

Cela m’amène à la 2e astuce. Pour moi, le point de départ d’une photo parfaite est que je souhaite transmettre par l’image capturée l’émotion que j’ai moi-même ressentie. Demandez-vous « Pour qui est-ce que je prends ma photo ? » Ne faites pas trop d’effort pour être admiré des autres. Prenez vous-même plaisir dans les photos que vous avez faites. Si vous y parvenez, vos photos s’amélioreront naturellement.

Ne vous comparez pas trop non plus aux autres. Les participants à mes cours me disent souvent qu’ils mesurent leurs propres photos avec celles qu’ils voient en ligne. Mais les photos en ligne sont souvent post-traitées et ne donnent pas une idée correcte de la photo originale.

Pourquoi

Mon troisième conseil est « savoir pourquoi vous prenez une photo de quelque chose ». Vous pouvez avoir plusieurs raisons. Par exemple, j’aime vraiment prendre une photo qui met mes compétences à l’épreuve et je peux bien imaginer que d’autres photographes s’amusent également à se mettre au défi. Mais pour moi, je veux seulement prendre la peine pour une bonne photo quand je sais que je vais en faire quelque chose. J’édite chaque photo, et c’est ce que j’adore faire car je trouve que c’est un élément important de la photographie.

Pour moi, le post-traitement consiste à tirer le maximum d’une photo. J’accentue donc ce dont la photo a besoin. Par exemple, accentuer les ombres que j’ai vues à la lumière naturelle, mais qui ne ressortent pas sur la photo. Ensuite, la photo qui a demandé tant de mon attention se retrouvera dans un livre photo. Quand j’ai fait tous ces efforts pour une photo, elle doit valoir la peine d’être prise.

C’est ma motivation personnelle et cela peut être différent pour tout le monde. Je veux surtout dire qu’il faut en avoir conscience. Ensuite, vous pourrez vous concentrer sur ce qui vous motive.

« Quand j’ai fait tous ces efforts pour une photo, elle doit valoir la peine d’être prise. »

Marius van Pijpen

L’angoisse du photographe

J’ai également connu des moments auxquels je ne savais plus quoi faire de la photographie.

Il y a environ cinq ans, je ne savais plus où trouver ma motivation. Tout comme les écrivains qui doivent parfois faire face à l’angoisse de la page blanche, j’ai eu cette même angoisse pour mes photos. Le flux toujours croissant de photos que j’ai vues passer par tous les canaux numériques m’a amené à me demander pourquoi je faisais des photos.

Il y a vingt ans, j’en avais marre des tracas de la photographie analogique. C’est à ce moment que la photographie numérique a émergé. La façon numérique de travailler donnait des résultats immédiats, c’est-à-dire moins de déceptions dans la chambre noire. Ce qui est ironique. La photographie numérique qui m’a aidé il y a vingt ans m’a de nouveau contrariée il y a cinq ans.

Grâce à toute l’expérience que j’ai acquise, je sais que le plus important est de me demander quelles photos me font sourire. Si je me sens bien quand je prends des photos, cela se reflète également sur les photos. Vraiment !

Quelles photos me font sourire ?

Résumé

Marius van Pijpen est un photographe professionnel qui donne des cours aux amateurs. Il vous donne trois conseils pour rester motivé dans votre loisir préféré. Tout d’abord : assurez-vous que le moment où vous prenez des photos vous convient. Deuxièmement : photographiez surtout parce que vous l’aimez vous-même. Et enfin : déterminez ce qui vous motive et respectez cette motivation.