Nous essayons toujours de vous inspirer et nous sommes donc heureux de partager avec vous quelques trucs & astuces photographiques, pour que vous puissiez vous mettre au travail avec votre appareil photo pour prendre des photos encore meilleures. Vous y trouverez également des informations sur le logiciel que vous pouvez utiliser pour sublimer vos photos.

Une question de choix

Nous attendons des réactions rapides et parfaites de la part des technologies modernes : notre téléphone doit immédiatement nous connecter avec notre famille à l’étranger, la vidéo YouTube doit commencer immédiatement, les photos doivent être envoyées immédiatement par Wetransfer. Mais aussi : viser notre appareil photo et faire des prises de vue, avec une exposition parfaite et la mise au point exactement où nous la voulions ! Pourtant, c’est justement là que le résultat peut décevoir, car il faut parfois faire des choix à l’avance.

« Chaque image raconte une histoire », entend-on parfois dans le milieu des photographes. Aussi cryptique que cet adage puisse être, il veut surtout dire qu’une photo nous montre toujours « quelque chose » : un objet, un lieu, un animal, une personne. Souvent dans un contexte ; un environnement qui nous en dit par exemple plus sur l’heure, le temps qu’il fait, les rapports entre les choses. L’œil humain cherche naturellement des éléments nets. Par exemple, tout le monde qui voit la photo de la rose, regardera la rose et non pas la maison floue à l’arrière-plan. Nous sommes frustrés lorsque ce qui devrait être net semble flou. Dans ce blog, nous examinons les causes et les conséquences de ce phénomène.

Évolution

Avant 1985, nous devions faire la mise au point manuellement avec les objectifs de nos appareils photo : tourner une bague de mise au point et déterminer dans le viseur sur une image en verre dépoli si la partie souhaitée est devenue nette. Minolta a été le premier à changer cela à grande échelle avec ses appareils Dynax : il y avait l’autofocus ! Le principe était basé sur le chevauchement de deux images floues. Un moteur dans l’appareil photo contrôlait le module de mise au point dans l’objectif et, si les deux images ne pouvaient pas être plus nettes, il s’arrêtait. Les images étaient alors “en phase” et ce système était appelé ‘autofocus à détection de phase’. D’autres marques ont suivi et le reste, c’est de l’histoire.

Champs AF

De nos jours, des capteurs autofocus – les uns plus sensibles que les autres – sont répartis sur une grande partie du champ de l’image. L’appareil photo fait la mise au point sur tout ce qui se cache derrière un tel champ AF (ou plusieurs champs). Avec certains appareils photo, les zones AF sont réparties sur l’ensemble de la zone visible (c’est notamment le cas des appareils photo équipés de capteurs APS-C), d’autres uniquement dans un cadre au centre. Les capteurs AF réagissent à des niveaux de luminosité spécifiques et ont des fonctionnalités différentes. Le fait que ça va très loin de nos jours, nous montre la répartition du champ AF de l’appareil photo plein cadre Canon EOS-1 DS. Les types bleus sont les plus sensibles : les capteurs croisés. Mais que nous enseigne la pratique ?

Sélection

Lorsque tous les champs AF sont activés, l’appareil photo fait la mise au point sur les détails les plus proches : non pas sur les canards sur l’étang, mais sur le roseau à l’avant-plan. Cela peut être l’effet souhaité pour les groupes, par exemple dans la photo des scooters. Le diaphragme F11 garantissait également la netteté d’une zone située devant et derrière ces scooters. Si j’avais fait la mise au point sur le scooter de gauche avec le plus grand diaphragma F2.8, le scooter de droite serait apparu flou. Si vous choisissez une seule zone AF ou un groupe, vous pourrez faire la mise au point plus facilement et sélectivement. Sur la photo de la fille avec le pot de peinture, j’ai fait la mise au point sur le fond du pot et non pas sur son visage ; un choix créatif. En appuyant sur le bouton AF-L situé à l’arrière de l’appareil photo (verrouillage de la mise au point automatique), la mise au point est restée dans cette position. Si vous souhaitez suivre un sujet en mouvement, l’option AF-C (mise au point continue ; sur les appareils photo Canon, ce mode s’appelle AI Servo) est plus appropriée. Tant que vous placez le champ de mise au point automatique sur le sujet, l’appareil photo continuera à faire la mise au point, même si le sujet se rapproche ou s’éloigne. Idéal pour les prises de vue d’événements sportifs, d’animaux en mouvement et les photos d’action. De cette façon, vous pouvez faire la mise au point sur l’homme qui se déplace dans les anneaux. Appuyez sur le déclencheur aux moments désirés pour prendre des photos.

Quels sont les hics ?

Si vous faites la mise au point automatique sur le mauvais détail, votre sujet apparaîtra flou. Cela peut être dû à votre enthousiasme ou au sujet, par exemple avec un groupe de personnes en mouvement. Mais le module de mise au point automatique a aussi besoin de contraste pour pouvoir faire la mise au point. Essayez de faire la mise au point sur un ciel bleu égal, c’est impossible. Et parfois, il fait tout simplement trop sombre. L’illuminateur d’assistance AF peut vous aider avec un motif lumineux, mais celui-ci ne s’étend qu’à un mètre ou trois. Avec des objets en mouvement tels que des roseaux bercés par le vent, la mise au point automatique aura également des difficultés. Parfois, le processus de mise au point est très long, par exemple de 0,6 mètre à l’infini, tandis que l’action se déroule à 50 mètres. Surtout avec les téléobjectifs (zoom), un limiteur de mise au point peut vous aider à définir une course de mise au point plus courte, par exemple de 6 mètres à l’infini. La mise au point est particulièrement essentielle pour les prises de vue en gros plan, et la plupart des objectifs y sont adaptés. Les détails de la vieille locomotive à vapeur étaient nets exactement là où je le voulais.

Contrôle

Dans les appareils photo actuels, divers contrôles visuels aident à réaliser une mise au point correcte. Cela vaut particulièrement pour la mise au point automatique sur l’écran tactile, comme dans la photo de la rose. La vue en direct est un outil pratique, d’autant plus que nous pouvons voir les détails élargis à l’avance. De plus en plus de caméras ont également une fonction de reconnaissance faciale et même des yeux. L’autofocus suit le visage qui a été focalisé et fait la mise au point sur celui-ci. Un LED de contrôle lumineux dans le viseur vous aidera également.

Mise au point manuelle

Il arrive aussi que la mise au point manuelle soit tout simplement la solution la plus simple et la meilleure. La photo de l’aurore boréale en Islande a été prise avec la mise au point manuelle sur « infini ». Dans un objectif à très grand angle, tout semble être net. C’est en partie parce que les détails sont tellement petits. Il est alors prudent d’activer la fonction “pic de mise au point”. Dans ce cas, la partie nette est accentuée par des brillances vives de couleur prédéfinissable. Prenez le rouge. Si vous tournez la bague de mise au point, vous verrez le décalage des brillances. Un autre moyen simple consiste à choisir le réglage “instantané”. Surtout à des focales fixes telles que F2.8 / 24 mm, vous pouvez choisir un réglage dans lequel une très grande zone sera affichée de manière nette. Une grande profondeur de champ est requise pour les groupes, les paysages et les prises de vue à l’intérieur : de l’avant-plan aux points les plus éloignés. Sur les objectifs à distance focale fixe, tels que les modèles 24 mm, vous pouvez voir la zone qui sera nette dans l’échelle de profondeur de champ. Si la distance est réglée à 1,5 mètre, nous pouvons y lire qu’avec un diaphragme F16, la zone comprise entre 0,7 mètre et l’infini sera nette.

Profondeur de champ

Il est donc important non seulement de savoir où vous voulez faire la mise au point, mais également jusqu’où celle-ci peut aller. Les deux photos du carrosse illustrent ce que nous voulons dire. Dans les deux photos, la mise au point a été faite sur la lanterne. La première montre un arrière-plan flou pour plus d’ambiance, tandis que la seconde fournit plus d’informations. Les diaphragmes étaient F2.0 et F8. Vous déterminez donc où et comment le spectateur verra la photo, grâce à la mise au point et à la profondeur de champ.